Introduction

QU'EST-CE QUE L'AGENT ORANGE?

L'agent orange est en fait le surnom donné à l'herbicide le plus employé par l'armée américaine pendant la guerre du Vietnam. Il fut développé par Monsanto et Dow Chemical pour le département de la défense des Etats-Unis. En raison de la présence de dioxine, ce défoliant chimique (herbicide censé faire tomber les feuilles des arbres) est responsable de plusieurs maladies chez les personnes exposées. Sa stabilité lui a permis de survivre longtemps après les épandages et les personnes habitants dans les régions exposées ont continué à être touchées après la fin des combats.

SA COMPOSITION

Il est à la base un mélange de 2 molécules herbicides :

-l'acide 2.4-dichlorophénoxyacétique, un désherbant sélectif contre les mauvaises herbes. Développé pendant la seconde guerre mondiale, il est suspecté d'avoir des effets indésirables sur la santé mais n'est pas interdit.

-l'acide 2.4.5-trichlorophénoxyacétique, aussi développé pendant la seconde guerre mondiale et utilisé jusque dans les années 80 pour éliminer ce que l'acide 2.4 ne pouvait détruire. Il est aujourd'hui interdit dans de nombreux pays.

Ces 2 acides agissent en mimant une hormone de croissance végétal qui, vaporisée sur la plante, provoque une croissance incontrôlée de cette dernière menant à sa mort. On a découvert plus tard que de la dioxine de Seveso 2.3.7.8-tétrachlorodibenzo-para-dioxine (TCDD) était présente dans l'agent orange et résidait de la fabrication du 2.4.5. C'est cette dioxine qui sera la responsable de nombreuses maladies développées par les personnes qui seront exposées à l'agent orange.

La dioxine désigne une molécule ayant 2 atomes d'oxygènes dans un cycle et qui possède du chlore dont la quantité détermine la toxicité de la molécule : plus il y en a plus elle est toxique. Voici sa représentation moléculaire :

File:Dioxin-2D-skeletal.svg

SUR L'ORGANISME

La dioxine dans l'agent Orange s'accumule dans les cellules adipeuses des mammifères et est excrétée très lentement par l'organisme.

Les risques sanitaires de l'exposition chronique sont encore très débattus pour l'adulte, notamment par manque de données sur le degré d'exposition46 sauf pour les lymphomes. Chez l'enfant, certains cancers (dont tumeurs cérébrales, leucémies et néphroblatomes sont plus fréquemment associés à une exposition chronique  ou à celle des parents au moment de la grossesse46. Les impacts suspectés de l'exposition sur le fœtus  sont « infertilité, mort fœtale, prématurité, hypotrophie, retard de croissance intra-utérin (RCIU), malformations congénitales »46, encore à confirmer en raison de biais possibles de certaines études46. On admet que  l’agent orange peut interférer avec les hormones (perturbateur endocrinien), les facteurs de croissance ou les neurotransmetteurs46. 

Atteintes dermatologiques : rougeurs, démangeaisons avec possibilité d'ulcération ou de fissuration, urticaire sont très fréquemment observées, touchant plutôt les parties découvertes du corps (bras, visage). Nombre de produits provoquent des problèmes cutanés, dont les roténones responsables de lésions sévères au niveau des régions génitales.

Troubles du système hématopoïétique : l’agent orange peut  provoquer une diminution du taux de globules rouges et de globules blancs, avec risque de leucémie.

Atteintes du système cardiovasculaire : la dioxine développe des phénomènes de palpitation et de perturbation du rythme cardiaque.

Atteintes du système respiratoire : ces atteintes sont souvent en relation avec les phénomènes d'irritation engendrés par une exposition durable, favorisant ainsi les surinfections au niveau des poumons et le développement de maladies. Atteintes des fonctions sexuelles : un nématicide (DBCP) a provoqué chez les employés de l'usine où il est synthétisé un nombre important de cas d'infertilité. D'autres substances semblent impliquées dans la délétion croissante de la spermatogenèse, soit directement comme reprotoxiques soit à faible doses ou via des cocktails de produits comme perturbateur endocrinien. Dans ce cas, l'embryon peut être touché, même par une exposition à de faibles doses (anomalies génitales, et peut-être risque augmenté de certains cancers et de délétion de la spermatogenèse chez le futur adulte).

Risques fœtaux : la dioxine est capable de franchir la barrière placentaire et a une action tératogène sur l'embryon. Il peut survenir des accouchements prématurés ou des avortements, ainsi que des malformations de l'appareil génital du garçon. 

Craintes de perturbations hormonales : Certains pesticides, dont la dioxine, se comportent comme des « leurres hormonaux ». Chez 100 % des 308 femmes enceintes espagnoles, ayant ensuite donné naissance à des enfants jugés en bonne santé entre 2000 et 2002, on a trouvé au moins un type de pesticide dans le placenta (qui en contenait en moyenne 8, et jusqu’à 15, parmi 17 pesticides recherchés, organochlorés, car étant aussi des perturbateurs endocriniens) Au niveau moléculaire, une étude française a démontré qu'il existait une relation entre l'exposition à des pesticides et l'acquisition d'une anomalie chromosomique connue pour être l'une des étapes initiales de certains cancers.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×