Les conséquences de l'agent orange

SUR LA SANTE

Après les premiers épandages, de nombreuses populations vietnamiennes ont été contaminées par l'agent orange : selon les estimations, 2.1 millions à 4.8 millions de vietnamiens. En effet, près de 10% du Vietnam a été touché, causant de nombreuses maladies chez les vietnamiens et les américains infectés.

En 1991, en raison de l'incertitude quant aux effets à long terme de l'exposition aux herbicides sur la santé des anciens combattants du Vietnam, le Congrès américain a promulgué une loi permettant à l'Institute of Medicine (IOM) de la National Academy of Sciences (NAS) de procéder à une évaluation complète de l'information de nature scientifique et médicale accessible au sujet des effets de l'exposition à l'agent Orange sur la santé.

Pour donner suite à cette loi, l'IOM mène et publie des études approfondies contenant des données scientifiques probantes au sujet des associations entre certains problèmes de santé et l'exposition à la TCDD et à d'autres composés chimiques présents dans les herbicides utilisés au Vietnam. L'IOM est considéré par beaucoup comme la source d'information médicale faisant autorité en ce qui concerne l'agent Orange.

En ce qui concerne l'agent Orange, l'IOM a conclu que les preuves qu'il existe une association sont suffisantes dans le cas des cinq problèmes de santé suivants:

* Leucémie lymphoïde chronique 

* Sarcome des tissus mous

* Lymphome non hodgkinien

* Maladie de Hodgkin

* Chloracné

L'IOM a aussi conclu qu'il y a des preuves limitées ou suggestives qu'il existe une association entre l'agent Orange et les sept autres problèmes de santésuivants :

* Cancer des voies respiratoires (du poumon et des bronches, du larynx et de la trachée)

* Cancer de la prostate

* Myélome multiple

* Neuropathie périphérique transitoire d'apparition précoce

* Porphyrie cutanée tardive

* Diabète de type 2

* Spina-bifida chez les enfants des anciens combattants

Selon l'IOM, l'expression «preuves limitées ou suggestives» signifie que les données scientifiques indiquant une association sont limitées car on ne peut écarter avec certitude la possibilité que le hasard, des biais et des facteurs confusionnels soient en cause.

La grande majorité des associations mentionnées ci-dessus n'ont été observées que dans le cadre d'études effectuées auprès de groupes hautement exposés, comme des travailleurs ayant participé à la fabrication de produits chimiques ou ayant pulvérisé des herbicides pendant de nombreuses années. L'IOM est d'avis que bien des conclusions au sujet des associations entre l'exposition à la TCDD ou aux herbicides et certaines maladies sont fondées sur des études effectuées auprès de personnes exposées dans un contexte professionnel et environnemental plutôt que sur des études auprès d'anciens combattants du Vietnam.

Dans quelles circonstances l'agent Orange ou ses composants sont-ils susceptibles d'entraîner des effets sur la santé?

Pour qu'un effet sur la santé soit potentiellement causé par un produit chimique, plusieurs choses doivent se produire.

Il doit d'abord y avoir eu exposition au produit. Le terme «exposition» signifie que le produit chimique a pénétré dans l'organisme, habituellement par inhalation, par ingestion ou par contact avec la peau. Par exemple, une personne passant à proximité d'un gros baril étanche rempli d'agent Orange ne subirait aucune exposition, et le risque d'effets possibles sur la santé serait donc nul.

En outre, le sujet doit être exposé à une dose suffisante (quantité). Le concept de dose-réponse est un principe central en matière de toxicologie: à des degrés accrus d'exposition à une substance nocive, les effets sur la santé se font plus fréquents et/ou plus graves. Prenons par exemple l'usage d'analgésiques comme la morphine. Si la dose prescrite est consommée, la douleur sera soulagée avec très peu d'effets secondaires. Toutefois, si une dose trop élevée de morphine est consommée, cela peut entraîner des difficultés respiratoires ou le décès. La seule différence entre ces deux scénarios est la dose: c'est la dose qui fait le poison. Il est important de se rappeler que nous sommes tous exposés chaque jour à de petites quantités de TCDD, principalement par les aliments que nous consommons. À l'heure actuelle, les connaissances scientifiques ne permettent pas de déterminer un degré spécifique d'exposition à la TCDD à laquelle un effet sur la santé se produira. L'étude scientifique de la TCDD permet uniquement de déterminer le niveau de risque d'effets sur la santé associé à une exposition donnée à la TCDD. Les risques de l'exposition à la TCDD pour la santé dépendront de la dose reçue. À des doses très faibles, le risque d'effets sur la santé est très peu élevé et est indétectable, mais il augmente à mesure que la dose de TCDD augmente.

De plus, le problème de santé en question doit être associé à l'exposition au produit chimique. Par exemple, nous savons qu'une exposition excessive au soleil est associée à un risque accru de cancer de la peau. Si une personne qui a été très exposée souffre d'emphysème (une maladie pulmonaire), nous n'attribuerons pas ce problème pulmonaire à son exposition au soleil, et ce, pour la simple raison qu'il n'y a pas d'association entre l'exposition au soleil et les troubles pulmonaires. L'IOM a recueilli des preuves d'une association entre l'agent Orange et plusieurs maladies L'IOM a également relevé que plusieurs études scientifiques n'ont démontré aucune association entre l'agent Orange et certains autres problèmes de santé, comme le cancer du cerveau ou le cancer gastro-intestinal. Autrement dit, si une personne qui a été exposée à l'agent Orange développe un cancer du cerveau, les données scientifiques actuelles indiquent qu'il serait peu probable que la maladie ait été causée par l'agent Orange.

En conclusion, pour que l'on puisse considérer qu'un problème de santé est associé à une substance  il doit y avoir eu exposition à cette substance, c'est-à-dire que la substance doit avoir pénétré dans l'organisme d'une quelconque façon; le sujet doit avoir été exposé à une dose ou à une quantité suffisante pour accroître de façon significative le risque d'effet nocif le problème de santé en question doit être associé scientifiquement à l'exposition à la substance. À moins que ces trois critères ne soient respectés,

Quels sont les risques pour la santé associés à une exposition élevée à la TCDD?

On croit que les effets nocifs associés à l'agent Orange sur la santé sont attribuables à la TCDD, les données scientifiques actuelles indiquant que cette substance est cancérogène. En d'autres mots, on croit qu'une exposition suffisante à la TCDD, dans certaines conditions, mène à un risque accru d'être atteint de certains types de cancer. Les données chez l'humain attestant que la TCDD est cancérogène sont en bonne partie fondées sur des études menées auprès de groupes de travailleurs industriels et agricoles hautement exposés

Par exemple, un des groupes les plus importants et les plus hautement exposés était formé de 5132 travailleurs industriels de 12usines américaines fabriquant des produits chimiques contaminés par la TCDD Seuls les travailleurs qui avaient subi l'exposition cumulative la plus élevée à la TCDD couraient un risque accru de mourir du cancer (tous types confondus) comparativement à l'ensemble de la population américaine. Dans cette étude, le degré d'exposition cumulative dépendait du niveau de contamination des produits chimiques manufacturés par la TCDD. Par exemple, pour atteindre le degré d'exposition des travailleurs du groupe ayant subi l'exposition la plus élevée, et pour lesquels le risque accru de cancer a été observé, les travailleurs devraient être exposés à un produit contenant 10ppm de TCDD chaque jour de travail, pendant tout leur quart, et ce pendant environ 8ans. À une contamination plus élevée de 50ppm de TCDD, les travailleurs devraient être exposés chaque jour de travail, pendant tout leur quart, pendant un an et demi pour atteindre le même degré d'exposition. Les chercheurs soulignent que le risque accru de cancer était limité aux travailleurs les plus exposés, lesquels ont probablement subi des expositions de 100 à 1000fois supérieures à celles subies par la population en général

L'ampleur de cette hausse du risque de décéder du cancer (tous types confondus) était de l'ordre de 1,6. Cela signifie que comparativement à l'ensemble de la population, ces travailleurs hautement exposés couraient 1,6 fois plus de risques de mourir du cancer («ratio standardisé de mortalité» est le terme scientifique utilisé pour désigner cette forme de comparaison). Les résultats de cette étude concordaient avec ceux d'autres recherches sur les risques de cancer associés à la TCDD.

Dans le cas des maladies autres que le cancer, un article scientifique récent indique que les données tirées d'études auprès d'humains ne sont pas assez fortes (par exemple, les résultats ne sont pas constants ou la méthodologie des études n'est pas adéquate) pour que l'on puisse estimer le risque spécifique associé à l'exposition à la TCDD. Une analyse plus détaillée est présentée dans cet article, qui conclut que bien que plus d'une dizaine d'effets négatifs différents aient été signalés dans diverses études auprès d'humains au cours des 25dernières années, il semble que l'effet négatif cliniquement important de l'exposition humaine le plus constant soit la chloracné (Greene et coll., 2003). La chloracné est une affection cutanée. Habituellement, on ne l'observe que lorsque la teneur en TCDD dans le sang est plusieurs milliers de fois supérieure à la teneur habituelle pour l'ensemble de la population scientifique de soupçonner qu'un problème de santé est attribuable à la substance en question.

Toutes ces maladies ont causées également des troubles psychologiques. En effet, en plus de la guerre qui est une épreuve difficile, les victimes doivent apprendre à vivre avec les maladies causées par la dioxine et l'agent orange qui peuvent être grandement handicapantes. De plus les générations qui ont suivies les contaminations ont dues affronter le regard des autres puisque leur apparence physique s'est fortement altérée. S'ajoute à cela le fait que les gouvernements ont très peu indemnisé les victimes des épandages qui se sont senties abandonnées.

SUR L'ENVIRONNEMENT

L'agent orange n'a pas eu des effets que sur les personnes, mais aussi sur l'environnement. Il a en effet causé le plus grand écocide du XXème siècle en détruisant 43% des terres arables et 44% de la superficie forestière totale du sud du Vietnam.

Si l'un des objectifs était de détruire la forêt, ce fut chose faite et même surpassée car l'agent orange a détruit arbres, animaux sauvages et produits forestiers. Ainsi sans couverture forestière pour conserver et retenir l'eau entrant à flots pendant la saison des pluies, la saison sèche a défavorablement affectée la production agricole.

Il a aussi contaminé les sols les rendans infertiles et toxiques pour l'homme ainsi que les lacs et rivières. Certaines zones appelées points chauds sont aujourd'hui interdites d'accès car encore trop contaminées par la dioxine et correspondent aux anciennes bases des Etats-Unis.

L'agent orange s'est donc intégrée dans la chaîne alimentaire entraînant des contaminations à la dioxine par la nourriture provenant des régions contaminées mais aussi alentour.

2.5 millions d'hectares ont été contaminés par l'agent orange et il faudra 85 à 100 ans pour que la nature se rétablisse totalement.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site